/ #internetzinc 

Internet zinc #26

Pour cause de déplacements professionnels (ceux de ma femme puis les miens), et de semaines plus chargées qu’habituellement, cette semaine et, si possible, la semaine prochaine, je vous envoie deux lettres au format plus libre que d’habitude. Des idées jetées sur le clavier.

1. bébé éprouvette

Entendu dans un épisode du podcast Radiolab, l’histoire des réactions à la naissance en 1978 du premier bébé éprouvette. Les craintes d’une atteinte symbolique mais fondamentale à notre idée de l’humain et de la procréation. On a peur d’une séparation radicale entre humanité et procréation : on verra apparaître des “usines à bébé”.

Et face à une nouveauté de ce type, il n’est certainement pas facile, dans l’instant, de prendre une position mesurée. Je ne peux pas m’empêcher de faire le parallèle avec aujourd’hui bien sûr : les robots vont nous remplacer, les algorithmes contrôler nos vies, etc. Ceux qui l’écrivent se grisent de leurs mots, me semble-t-il souvent.Cette histoire de 1978 nous rappelle en tout cas que les modifications se coulent toujours plus dans la réalité qu’on ne l’imagine.

2. Une catégorie à part de Startups

La Ruche Qui Dit Oui, qui met en relation des agriculteurs et des consommateurs, et AirBnB, qui met en relation des propriétaires avec des locataires et vacanciers, sont deux startups que je trouve intéressantes pour des raisons similaires.

C’est un type d’offre qui n’est pas lié au smartphone, même si chronologiquement elle est apparue en même temps : on aurait pu faire les deux avant le smartphone.

L’innovation technologique n’est pas au coeur de leur offre : ce n’est pas un “saut technique”, une Intelligence artificielle, etc. Techniquement, le principe est assez simple.

La Ruche Qui Dit Oui et AirBnB sont des succès liés à la réalisation parfaite d’une expérience sociale et technologique tout à la fois.

Il serait intéressant de faire une autre typologie des startups : non pas en fonction des technologies mises en oeuvre, ni des secteurs d’activité, etc.; mais en fonction de leur rapport au monde social.

3. Que faut-il pour faire du Machine Learning?

Vu que Google a ouvert une banque de données 9 millions d’images, accompagnées de mots-clés mis par un algorithme, et de mots-clés mis par une personne. Une bibliothèque ayant un fond de photographies pourrait par exemple imaginer utiliser ce “data set” et les APIs ouvertes de Machine Learning offertes par Google pour tenter d’automatiquement annoter son fond.

Les discours publics sur l’intelligence artificielle et le Machine Learning se focalisent souvent sur la partie algorithmique — l’intelligence.

Mais pour pouvoir faire ça il faut aussi des données en quantité et en qualité importante.

Dans ma pratique professionnelle ces 10 dernières années au sein des Universités, je vois plusieurs choses qui devraient changer si on voulait ne serait-ce que participer à des projets de ce type :

  • il faudrait produire beaucoup plus de données, et automatiser cette production. Les entrées dans les bâtiments, la consommation de papier, d’électricité non pas globale mais de chaque outil branché, etc, etc
  • il faudrait apprendre à conserver ces données : quand elles existent, la plupart des données produites restent enfermées dans le logiciel qui les a produites, et disparaissent avec lui.
  • il faudrait nettoyer ces données pour les rendre exploitables

4. Nouveaux cimetières, nouveaux mémorials

En tant que fils aîné de la fratrie, c’est moi qui ai écrit et dit l’eulogie à l’enterrement de ma mère, il y a quelques années. Nous ne sommes pas croyants, et mon inclinaison naturelle a été de m’appuyer sur la façon dont l’antiquité romaine considérait les morts. Cicéron disait que “la vie des morts consiste dans le souvenir des vivants”.

J’ai été obligé d’y (re-)penser une première fois cette semaine en lisant ce tweet de Pieter Hintjens, le développeur dont je vous ai parlé la semaine dernière à l’occasion de la publication de ses Confessions of a Necromancer. Pieter Hintjens est mort le 4 octobre.

J’ai été obligé d’y repenser encore en lisant cet article de The Verge sur le “Roman bot”. De quoi s’agit-il? Roman Mazurenko est mort renversé par une voiture; il avait moins de 30 ans. Son amie Eugenia Kuyda travaille dans une startup qui fait de l’intelligence artificielle. Elle a géré son deuil à sa façon : elle a récupéré les centaines de SMS et chats échangés avec Roman, ainsi que ceux qu’il avait échangé avec d’autres membres de leur groupe d’amis, elle en a nourri une intelligence artificielle qui a essayé d’analyser ses textes, de comprendre ses maniérismes… et elle fait un bot.

Quiconque utilise l’app Luka peut ajouter @Roman parmi ses contacts et dialoguer avec lui. Et pour être clair, le bot ne répond pas avec des phrases réellement écrites historiquement par Roman, c’est beaucoup plus complexe et subtil que ça : il invente de nouvelles phrases dans le style de Roman.

Roman est mort, vous pouvez continuer de dialoguer avec @Roman.

5. Lectures longues

Pour alimenter vos idées de lectures “longues” — plus que les articles internet que je mentionne le plus souvent ici,- je vous soumets ma liste Amazon… que je compte entamer pendant les heures d’avion, train et hôtel qui m’attendent.

  • Ill Fares the Land by Tony Judt
  • Sniffin’ Glue And Other Rock ’N’ Roll Habits by Mark Perry
  • Clothes, Clothes, Clothes. Music, Music, Music. Boys, Boys, Boys. by Viv Albertine
  • The Best of Punk Magazine by John Holmstrom
  • The Inevitable: Understanding the 12 Technological Forces That Will Shape Our Future by Kevin Kelly
  • Hitler: Ascent, 1889–1939 by Volker Ullrich
  • Blitzed: Drugs in Nazi Germany by Norman Ohler
  • Plotto: The Master Book of All Plots by William Cook
  • High-Rise by J. G. Ballard
  • A Prehistory of the Cloud (MIT Press) by Tung-Hui Hu
  • We, Robots: Staying Human in the Age of Big Data by Curtis White
  • Voices from Chernobyl: The Oral History of a Nuclear Disaster by Svetlana Alexievich
  • Inventing the Individual: The Origins Of Western Liberalism by Larry Siedentop
  • Free Speech: Ten Principles for a Connected World by Timothy Garton Ash
  • Web Style Guide, 4th Edition: Foundations of User Experience Design by Patrick J. Lynch, Sarah Horton, Ethan Marcotte
  • James Baldwin: A Biography by David Leeming
  • Somebody: The Reckless Life and Remarkable Career of Marlon Brando by Stefan Kanfer
  • The Stack: On Software and Sovereignty (Software Studies) by Benjamin H. Bratton
  • Public Library and Other Stories by Ali Smith
  • The Dying Grass by William T Vollmann
  • The Bone Clocks by David Mitchell
  • Dragonfish: A Novel by Vu Tran
  • The Bus Driver Who Wanted to Be God & Other Stories by Etgar Keret
  • H is for Hawk by Helen Macdonald
  • Encircling: Book 1 of The Encircling Trilogy by Carl Frode Tiller
  • Monsterhuman (Norwegian Literature) by Kjersti Skomsvold
  • Super-Cannes by J. G. Ballard
  • Brief Stop on the Road from Auschwitz by Göran Rosenberg

Bonnes lectures.